Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘expressions-citations’ Category

Voici quelques expressions québécoises et leurs traductions.

Accouche qu’on baptise : dis tout de suite ce que tu as à dire
Accrocher ses patins : démissionner
asteure = maintenant
Avoir de l’eau dans sa cave : Avoir des pantalons trop courts
Avoir la face comme un oeuf de dinde : pleine de boutons
Avoir la flye à l’air : la fermeture éclair des pantalons ouverte
avoir un rapport = faire un rot
Avoir une crotte sur le coeur : en vouloir à quelqu’un, avoir de la rancune
beurrer épais = exagérer une situation
branler dans le manche = difficulté à faire un choix
broche à foin = quelque chose de mal organisé
Ça me bouillonne dans le fond de la flûte :avoir un besoin urgent d’aller aux WC
C’est pas si pire : c’est correct, ça va bien…
c’est un beau tireux de pipes = en parlant d’un blagueur
C’est un bon jack = quelqu’un de bien, gentil
Char (un char) : une voiture
dégraye la table = desservir la table
elle a toute une paire de jos = elle a de gros seins
elle veut son biscuit = elle désire une relation sexuelle
être chicken = avoir peur
Être en baloune : être enceinte
Être patchée : Avoir ses menstruations
Être sur le piton : Être en pleine forme
Faire faire un rapport au bébé : un rot
Froque : manteau
Il a des croutes à manger :Il doit acquérir de l’expérience
il a la gueule fendue jusqu’au oreilles = il sourit largement
il se pète les bretelles = il est très fier
il sent le ouistiti = il pue
j’ai déjà vu neiger avant toi = j’ai de l’expérience
j’ai eu de la flouxe = j’ai eu de la chance
j’ai la chienne = j’ai peur
j’ai le feu au cul = je suis enragé
j’ai le feu au passage = être en colère
j’ai le flu = la diarrhée
je me fens le cul… = je fais de gros efforts
je suis lodé = j’ai plein de travaux à faire
la guédille au nez = le nez qui coule
la vieille sacoche = en parlant d’un femme âgée peu aimable
Les boeufs = les policiers
Les érables coulent : avoir le rhume, le nez qui coule
les garcettes en l’air = gesticuler beaucoup
Mets ta bougrine = manteau
ousse que j’ai mis barniques ? = chercher ses lunettes
passer dans le beurre = manquer son coup
Patates pilées : purée de pomme de terre
quessé = qu’est=ce que ?
questa ? = qu’est=ce que tu as ?
Se geler : consommer de la droque
se poigner le moine = être là à ne rien faire
t’énerves pas le poil des jambes = panique pas
t’es mieux de te tenir le corps raide et les oreilles molles = tiens-toi tranquille
tire-toi une bûche = viens t’asseoir
Un boc de bière = un verre de bierre pression
Un botch de cigarette = un mégot de cigarette
Un petit coup de fort = prendre de la boisson alcoolisée
Une bébitte à patates = une coccinelle
Une bécosse qui pue = WC, des toilettes à l’extérieur
Une bière tablette = une bière à la température de la pièce
Une braoule = une grosse cuillère
Va péter dans les fleurs : Je me moque de ce que tu dis.
y a de la mine dans le crayon = un gros appétit sexuel
y va manger ses bas = y va avoir de graves problèmes

Publicités

Read Full Post »

Mêle-toi de tes oignons =  » occupe-toi de tes affaires »

Quand on vous demande de vous mêler de vos oignons, c’est franc, c’est direct: a priori, pas la peine d’insiter. L’expression n’est guère aimable, surtout qund on sait que le mot « oignon » singnifiait anus en argot, ce qui signifie donc « Mêle-toi de ton cul »

Source: Les expressions de nos grands-mères de Marianne Tillier

Read Full Post »

Pour nous la soupe s’apparente à un bouillon de légumes. Mais au XVIIIe siècle, il s’agissait de la tranche de pain qu’on arrosait ou qu’on faisait tremper dans ce bouillon.Quand on taillait la soupe, on coupait des tranches pour le potage, et lorsqu’on trempait la soupe on mettait les morceaux de pain dans la marmite avant de servir. Etre trempé comme une soupe signifie donc  » être mouillé par la pluie comme une tranche de pain imbibée de bouillon »

Source: Les expressions de nos grands-mères de Marianne Tillier

Read Full Post »

Petit chenapan !!!

Petit chenapan = « Petite crapule! Vaurien ! »

Voilà une façon affectueuse d’appeler un enfant qui n’avait rien d’aimable à l’origine! Chenapan vient en effet de l’allemand schapphahn, du verbe schnappen, « attraper » et de « hahn », coq, qui désignent un voleur de grand chemin.Et pendant longtemps, un adulte qu’on traitait de de chenapan était une personne malhonnête et sans scrupules.

Source: Les expressions de nos grands-mères de Marianne Tillier

Read Full Post »